LOGO FNASEPHx300b


RECHERCHE

 

 

 

  

  

  

 

Autrement Capables

Favoriser l'insertion professionnelle des jeunes handicapés, recueil des expériences, diffusion des bonnes pratiques, promotion des compétences.
Cliquez ici >>>

Active depuis 1996, la FNASEPH est une fédération d’associations nationales et de collectifs associatifs départementaux
pour faciliter le parcours scolaire, social et d’insertion professionnelle du jeune (enfant adolescent et jeune adulte)
en situation de handicap et développer l’accompagnement de qualité en tous lieux et temps de vie.

En 2015, une enquête de la Dares nous apprenait qu’en France, les personnes en situation de handicap ont trois fois moins de chances d’être en emploi que les valides et deux fois plus de chances d’être au chômage. Environ 500 000 porteurs de handicap sont inscrits à Pôle emploi.

Pour faire évoluer cette situation, le Premier ministre Édouard Philippe a réuni, le 20 septembre, le premier comité interministériel du handicap (CIH) du quinquennat avec pour thème « Vivre avec un handicap au quotidien ». En présence de Sophie Cluzel, la secrétaire d’Etat en charge du handicap, le Gouvernement a fait à cette occasion une série d’annonces et de mesures destinées à développer « une politique ambitieuse du handicap » durant le quinquennat. Tous les secteurs sont concernés : la scolarité, l’insertion professionnelle, la santé, l’accès à la culture, le sport, le logement, et l’accès aux droits.

Augmentation de l’AAH à 900 euros

Mesure parmi les plus attendues, la revalorisation de l’Allocation aux Adultes Handicapés a été confirmée. Elle passera des 810 euros actuels à 900 euros. Une revalorisation progressive qui se fera en plusieurs temps, entre le 1er avril 2018 et le 1er novembre 2019, à raison de 90 euros par ans.  Aujourd’hui, plus d’un million de personnes la perçoivent.

Un accès aux droits et des démarches simplifiées

Et pour la percevoir, encore faut-il entamer les démarches administratives. Des procédures souvent jugées longues et fastidieuses qui découragent les bénéficiaires à entamer un dossier. C’est pourquoi, le Premier ministre s’engage également à simplifier l’accès aux droits sociaux. Une dizaine de sites internet parmi les plus utilisés dans le cadre de ces démarches (les sites de la CAF, du Pôle emploi, du Service Public, des Impôts…) seront rendus plus accessibles, notamment grâce à la traduction automatisée des termes techniques et spécifiques employés dans les administrations, pour les rendre facile à lire et à comprendre (FALC).

Vers une plus grande autonomie grâce à la majoration pour la vie autonome

Toujours dans le but de simplifier le quotidien administratif des personnes en situation de handicap, le Gouvernement va également fusionner le complément de ressources et la majoration pour la vie autonome, permettant aux bénéficiaires de l’AAH de prétendre à la majoration pour la vie autonome puisqu’il ne sera plus nécessaire de solliciter une évaluation de la capacité de travail en complément de l’évaluation de l’incapacité.

6 % de travailleurs handicapés dans les entreprises : doit mieux faire

Sur l’insertion professionnelle, Édouard Philippe déplore un constat assez largement insatisfaisant. Le quota imposé à chaque entreprise depuis 1987 d’embaucher 6 % de collaborateurs porteurs d’un handicap (sous peine de sanction financière) a permis une amélioration dans le secteur public (5,17 % de travailleurs handicapés en 2015), mais les chiffres ne sont pas bons dans le privé (3,3 % en 2013).

Pour aller plus loin, le Gouvernement compte simplifier l’obligation d’emploi de travailleurs handicapés (OETH), qui intime toute entreprise, publique ou privée, d’employer des travailleurs handicapés dans la proportion de 6 % de l’effectif total, sous peine de compensation financière. Et pour consolider l’insertion et le maintien dans l’emploi, les entreprises du secteur public devront accueillir au moins 6 % d’apprentis en situation de handicap.

Formation, déplacements, logement…

Parce qu’il est impossible de penser l’emploi des personnes en situation de handicap sans prendre en compte la scolarité, le logement ou encore la santé, d’autres mesures viennent compléter ce grand plan d’action interministériel.

Pour rappel, le niveau de qualification des demandeurs d’emploi handicapés est inférieur à celui de l’ensemble des demandeurs d’emploi (26% ont le bac et plus contre 45% tous publics). Accéder au marché de l’emploi c’est avoir pu bénéficier d’un accueil et d’un accompagnement de la crèche à l’université.
A ce titre, le gouvernement souhaite accueillir les jeunes enfants en particulier dans les crèches, développer l’accès au périscolaire, aux loisirs et soutenir la parentalité, mais aussi bien d’autres choses : accroître la scolarisation, fluidifier les parcours scolaire et médico-social pour éviter les ruptures en fin de cycle, appuyer et former les équipes des établissements. Mais également transformer les modalités d’accompagnement des élèves et l’organisation des accompagnants, et professionnaliser les accompagnants, permettre à chaque jeune en situation de handicap de bénéficier d’un parcours d’éducation artistique et culturelle, accompagner l’entrée et les choix d’orientation pour accroître l’accès à l’enseignement supérieur, renforcer l’accessibilité des formations…
En termes de chiffres, Édouard Philippe souhaite notamment atteindre un taux et une durée de scolarisation identiques aux autres enfants, et obtenir 100 % des universités dotées d’un schéma directeur handicap.

Concernant le logement, le gouvernement se donne 5 ans pour investir dans un ensemble de solutions d’habitat social, partiellement ou totalement dédiés aux personnes handicapées, et pour développer de l’habitat inclusif. L’ensemble des bâtiments publics, commerces, restaurants, etc., devront se mettre aux normes pour aménager leur accès. Aujourd’hui sur environ 1 000 000 d’établissements recevant du public (ERP), seuls 100 000 environ sont déjà accessibles et près de 610 000 se sont engagés à effectuer des travaux.

Imprimer E-mail

Toutes les actualités

Les institutions

logo maif

Avec la MAIF : La FNASEPH est partenaire de la MAIF depuis 2003 pour répondre aux questions  et informer des familles sur la scolarisation des élèves en situation de handicap...

lire la suite
inshea2018
Avec l’INS-HEA : La FNASEPH  a signé une convention avec l’INS-HEA (Institut National Supérieur de formation et de recherche pour l’éducation des jeunes Handicapés et les Enseignements Adaptés) en 2014.
logo maif

Avec le RNCE : La FNASEPH a signé une convention de partenariat avec le RNCE (Réseau National des Communautés Educatives) en 2015. Les 2 associations s’accordent pour travailler ensemble, croiser leurs regards, s’engager dans des actions communes de façon à rendre possible et réel le concept de projet de vie et de parcours des personnes.

lire la suite

logo maif
La FNASEPH est depuis 2013 membre du comité scientifique de l’APPEA (Association Francophone de Psychologie et de Psychopathologie de l’Enfant et de l’Adolescent).
logo maif

Découvrez un dispositif complet et innovant pour appréhender, de façon active et ludique, les notions et les enjeux environnementaux liés à l’énergie, avec l’électricité en focus.

Lire la suite